Actualité du 12 janvier 12 (SurviT-Banguka)

Burundi-politique

Alexis Sinduhije dans la nasse des Services de renseignements

Bujumbura le 12 janvier 12 (SurviT-Banguka)

Selon des sources concordantes, le Président du parti MSD, Alexis Sinduhije vient d’être arrêté à l’aéroport international de Dar-es-Salaam en Tanzanie. La nouvelle circule sur la toile depuis quelques heures a d’abord été annoncée par le site web des services burundais de renseignement (Documentation Nationale), www.nyabusorongo.org .
D’autres sources précisent que l’ancien journaliste se rendait en Tanzanie depuis Kampala et qu’il devrait aussi passer par le Kenya. Comme par hasard, Alexis Sinduhije a été cueilli à l’aéroport à son arrivée dans ce pays, au moment où le Valentin Bagorikunda, procureur général de la République au Burundi séjournait aussi en Tanzanie.
Peu avant son départ, il avait animé, à Bujumbura, une conférence de presse pour annoncer le classement sans suite du dossier lié « aux cahiers ougandais ». Il avait profité de cette occasion pour justifier le maintien en détention de Maître François Nyamoya, porte-parole du MSD. A la surprise générale des praticiens du droit et de bien d’autres acteurs sociopolitiques, ce dernier a été accroché par le dossier lié à l’assassinat du Docteur Kassy Manlan (ancien représentant de l’OMS, tué à son domicile en novembre 2001). Rien n’exclut que le pouvoir CNDD-FDD, qui, à n’en pas douter, est à l’origine de son arrestation, puisse demander l’extradition de Monsieur Alexis Sinduhije et l’inculper pour complicité avec les terroristes ou l’écrouer pour les mêmes raisons que François Nyamoya (la radio publique africaine dont Alexis est le promoteur a diffusé plusieurs reportages d’investigation sur l’assassinat du Docteur Kassy Manlan).
Peu importe le chef d’accusation car là comme ailleurs, ce qui compte c’est le résultat. Alexis Sinduhije était considéré comme l’un des animateurs clé de l’Alliance des démocrates pour le changement (ADC-Ikibiri), aux côtés de l’ancien porte-parole du parti FRODEBU, Pancrace Cimpaye. Ce dernier est aussi quotidiennement filé par les garçons du Général Adolphe Nshimirimana, patron des services burundais de renseignement. Il est aussi recherché par la police burundaise pour ses déclarations sur l’assassinat d’Ernest Manirumva, ancien vice-président de l’Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, OLUCOME.


 

 
     
     
     
     
  1 septembre, 2009
Qui sommes-nous?





Vos réactions et suggestions sont les bienvenues.

 18 septembre, 2009
Nouveau code electoral
LOI N°1/DU 18/09/2009 PORTANT REVISION DE LA LOI N°1/015DU 20 AVRIL 2005 PORTANT CODE ELECTORAL
 22 août, 1996
Rapport de l'ONU sur le génocide au Burundi.
 
 
ACTUALITE EDITORIAL ABOUT US ARCHIVES DIASPORA CONTACT
Copyright (c) 2009 SurviT Banguka, All rights reserved.