Actualité du 6 juillet 12 (SurviT-Banguka)

Burundi-sécurité

Le pouvoir CNDD-FDD tient à l’œil le ministre de la défense

Bujumbura le 6 juillet 12 (SurviT-Banguka)

Parce qu’il agit toujours avant tout en militaire et en âme et conscience, sans se soucier de vicieux calculs de ceux qui, dans les rangs du pouvoir CNDD-FDD, tiennent véritablement les rênes du pouvoir central, le général Pontien Gaciyubwenge, ministre burundais de la défense et des anciens combattants est pour le moins gênant. Des sources proches de son entourage s’accordent à dire qu’il a déjà eu maille à partir avec le général Adolphe Nshimirimana, patron du service des renseignements. Parce qu’il a du caractère et se refuse de signer, les yeux fermés, les contrats et autres dossiers aussi bidon que compromettants. Depuis quelques jours, des rumeurs de son imminent remplacement se rependent d’ailleurs comme une traînée de poudres. Mais ceux qui devraient l’éjecter auraient dû surseoir à leur décision.
Sauf qu’en attendant, on lui impose, en guise de secrétaire permanent, Silas Ntigurirwa, un autre général patenté, version FDD pur jus. Il est essentiellement connu pour avoir happé des milliards d’argent au moment où il officiait comme Secrétaire Exécutif de la Commission Nationale de Démobilisation, Réinsertion et Réintégration des Ex Combattants, CNDRR. A l’époque, d’aucuns lui prédisaient la prison centrale (dans le meilleur des cas), mais fidèle à lui-même, le Président burundais l’a transféré à l’Etat-major général de l’armée pour s’occuper des aides destinées aux militaires démobilisés. Peu avant cette nouvelle nomination, Silas Ntigurirwa venait de séjourner à Nairobi au Kenya pour une formation d’une année au Collège de la Paix.


Burundi-sécurité

Les médias se liguent pour dénoncer les dérapages des jeunes Imbonerakure

Bujumbura le 6 juillet 12 (SurviT-Banguka)

Il y a une semaine, une meute de jeunes garçons surarmés blessait grièvement Eloge Niyonzima, journaliste correspondant de la Radio Publique Africaine en province de Bubanza. La victime a porté plainte et vu la flagrance/gravité du crime, la police a mis au noir les auteurs, dont le président de la ligue des jeunes en province de Bubanza, unanimement cités par des témoins oculaires. Mais comme toujours et sur pression des leaders du parti, le procureur de la République les a relâchés. Ces jeunes impénitents ont alors repris les menaces contre le journaliste, jurant même de le lyncher s’il continue à fouiner sur les dérapages du pouvoir CNDD-FDD ou les indices d’insécurité qui sont légion dans le secteur. Les menaces se sont d’ailleurs élargies sur tous les journalistes œuvrant à Bubanza, y compris le correspondant de l’Agence Burundaise de Presse (ABP), organe public par essence. Le phénomène s’étend à la province voisine de Cibitoke où les miliciens Imbonerakure profèrent les mêmes menaces et se promènent, la nuit venue, en uniforme militaire au vu et au su de l’administration et des forces de l’ordre officiels. C’est devenu d’autant plus ostentatoire que même les habitants de ces deux provinces commencent à dénoncer ce comportement. « Ce comportement ne serait pas nouveau dans différents coins de la province, mais les gens n’avaient pas encore osé lever le petit doigt pour dire non à ces jeunes qui osent même procéder aux arrestations des citoyens à l’instar des policiers », s’insurge la population à Cibitoke.

C’est dans ce climat de tension que l’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) a publié une déclaration, le 5 juillet 12, pour exhorter le Gouvernement à ramener à l’ordre ces jeunes Imbonerakure avant qu’il ne soit trop tard. « Si rien n’est fait dans les meilleurs délais, ces jeunes risquent de replonger le pays dans le chaos comme le firent les miliciens Interahamwe du temps du génocide anti-tutsi au Rwanda en 1994, nous pensons que le parti CNDD-FDD auquel ils sont affiliés et pour lequel ils travaillent, devraient tout faire pour arrêter ces dérapages », a fait remarquer Alexandre Niyungeko, président de l’UBJ.


 

 
     
     
     
     
  1 septembre, 2009
Qui sommes-nous?





Vos réactions et suggestions sont les bienvenues.

 18 septembre, 2009
Nouveau code electoral
LOI N°1/DU 18/09/2009 PORTANT REVISION DE LA LOI N°1/015DU 20 AVRIL 2005 PORTANT CODE ELECTORAL
 22 août, 1996
Rapport de l'ONU sur le génocide au Burundi.
 
 
ACTUALITE EDITORIAL ABOUT US ARCHIVES DIASPORA CONTACT
Copyright (c) 2009 SurviT Banguka, All rights reserved.